Une pole et un podium pour Didier Schraenen au Grand Prix du Canada…

Le week-end avait bien commencé avec le temps le plus rapide aux essais et la pole en qualification pour le pilote de Mont-St-Hilaire Didier Schraenen. Lors de la première course d’un programme double présenté dans le cadre du Grand Prix du Canada en Formule 1600, il a ajouté un autre podium à son record toutes catégories confondues portant à quinze le nombre de fois où il a sabré le champagne au circuit Gilles-Villeneuve.

« C’est ma faute, j’aurais dû la gagner celle-là. Je m’excuse auprès de mon équipe et de mes supporteurs qui m’ont tellement encouragé. Les gars m’avaient préparé une excellente voiture. Mais au deuxième tour j’ai fait une erreur au freinage de l’épingle Est et Kellen Ritter en a profité pour me passer à l’aspiration sur le long droit qui suit. Puis en tentant de reprendre la tête au Senna, voilà que je me retrouve quatrième. Nos courses sont super serrées. On était neuf dans la même demi-seconde en qualification. J’ai fait un beau dépassement pour reprendre la troisième, mais c’était peine perdue pour la victoire »

Kellen Ritter de Vancouver l’emporte devant le Californien Jake Craig alors que Schraenen complète le podium.

Dans la seconde épreuve Didier a été moins chanceux. La voiture Groupe STCH / DEA-Québec s’est retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment. « Deux voitures devant moi se sont accrochées dans la ligne droite après le Bonjour Québec et sont parties en tête-à-queue . Ritter a freiné, tout comme moi, mais le jeune pilote de 15 ans derrière moi n’a pu réagir à temps et m’a percuté et envoyé dans le mur. Les dommages à la voiture sont importants et je ne sais pas si je vais revenir. »

Ritter, qui était tout juste devant Didier au moment de l’incident gagne à nouveau devant le jeune Américain du Missouri, Spike Kohlbecker, celui-là même qui a envoyé Didier dans le mur. Jake Craig termine à nouveau sur le podium en troisième place.

« À chaud j’ai blâmé les jeunes, mais mon message aurait dû s’adresser à tous. Après avoir gagné les deux premières courses de la saison à Tremblant nous en avions vécu une troisième extrêmement intense. En descendant de voiture j’avais suggéré aux jeunes qu’on baisse le niveau d’intensité car la loi de la moyenne allait certainement nous rejoindre tôt ou tard. C’est ce qui est arrivé à Montréal.

Comme je le disais nous conduisons des monoplaces qui atteignent 220 km/h, rien à voir avec le karting. Les conséquences d’un contact à ces vitesses peuvent être catastrophique. Mais qui suis-je pour donner des conseils? J’ai moi-même été impliqué dans un accident du même genre il y a trois ans alors que je partais en pole.

Mais je persiste et signe, je ne cesse de vanter le talent incroyable des pilotes de la nouvelle génération avec lesquels je me bats en piste, mais on doit tout faire pour éviter ce genre de situation. 30 ans d’expérience, dont 25 en F1600, devraient pouvoir servir à quelque chose. » de dire le vétéran pilote de 62 ans.

Une dizaine de gagnants potentiels en F1600 ce week-end au Grand-Prix du Canada!

Si vous aimiez les épreuves chaudement disputées, ne manquez pas les deux courses de la série F1600 CANADA supportées par Toyo Tires ce week-end au circuit Gilles-Villeneuve. Elles font partie du complément de programme en soutien à la F1 dans le cadre du Grand Prix Heineken du Canada.

Au moins une dizaine de pilotes pourraient monter sur la plus haute marche du podium et si on se fie aux épreuves tenues il y a deux semaines au circuit Mont Tremblant ça risque d’être fort spectaculaire.

« Le niveau d’intensité augmente d’année en année. Rien à voir avec ce que j’ai connu il y a 25 ans quand j’ai débuté en monoplace. C’était fou à Tremblant. On se présentait souvent à trois de large avant un virage! » » de dire le vétéran pilote, Didier Schraenen.

Le sexagénaire, qui compte 14 podiums sur le tracé où il a débuté sa carrière en 1988 a terminé 5 fois deuxième en F1600 à Montréal tout comme un autre vétéran, Michel Bonnet, un quinquagénaire qui a 9 podiums au volant de sa Vector au circuit Gilles-Villeneuve, dont une victoire en 2009.

Bertrand Godin, qui a déjà gagné à Montréal en Formule Atlantic et qui s’est rendu jusqu’en F3000, l’antichambre de la F1 à l’époque, sera aussi de la partie. Dans la quarantaine avancée, Godin jouira d’une excellente Mygale. Il avait été pilote d’usine pour la marque au championnat de France à ses débuts en monoplaces. La Formule 1600 est une des seules séries de monoplaces au monde, avec la F1, où on retrouve différents manufacturiers de châssis.

Dans une CMV de conception québécoise, tout comme Schraenen qui occupe le premier rang du classement, Guillaume Archambault sera parmi les très compétitifs jeunes loups en piste. Le champion Pro-Am de l’an dernier est troisième au classement général malgré un abandon lors de la première épreuve de la saison.

L’ouest canadien sera aussi bien représenté avec Kellen Ritter, Marco Kacic (15 ans seulement) et Matthew Taskinen de la puissante équipe albertaine Exclusive Autosport. Quelques Américains et plusieurs Ontariens seront aussi de la partie pour se mesurer aux réguliers de la série comme Dominic Legrand, Duncan Murdock et Robert Boyer qui sont tous déjà montés sur le podium à Montréal.

La participation de la série F1600 CANADA aux évènements majeurs de course automobile au pays est rendue possible grâce à Toyo Tires/ Lacroix Tuning / Excellence Chrysler/ HPD Racing/ Road to Indy/ Perry Auto et Trois-Rivières Toyota.

L’animateur/pilote Didier Schraenen s’associe à Cœur + AVC et à la Fondation Jacques-de Champlain dans le cadre des festivités du Grand Prix du Canada.

On se souvient peut-être que Didier Schraenen a été victime en 2010 au circuit Gilles-Villeneuve d’un arrêt cardio-respiratoire à la suite d’un infarctus sévère après sa course en Formule 1600. L’utilisation d’un DEA (Défibrillateur Externe Automatisé) lors de l’intervention rapide des pompiers et du service médical du circuit, prévenus par sa conjointe, lui a sauvé la vie.

Lorsqu’on lui a demandé de participer à la Grande Marche au profit de la Fondation Cœur et AVC vendredi soir sur le circuit utilisé par les pilotes de F1 et où il aura roulé dans la série F1600 Canada quelques minutes auparavant, Didier Schraenen n’a pas hésité une seconde.

« La santé cardiaque me tient à cœur, sans vouloir faire de jeux de mots, tout comme la promotion des DEA, ces petits appareils qui sauvent des vies. C’est pourquoi j’ai décidé de participer à la Grande Marche avec les amateurs qui pourront découvrir les secrets du circuit Gilles-Villeneuve.

Sur ma voiture, je porterai aussi les couleurs de la Fondation Jacques-de Champlain dont la mission est de promouvoir la prolifération des DEA dans les lieux publics, en milieu de travail et même à la maison!

Lors d’un ACR (arrêt cardiorespiratoire) on doit intervenir rapidement. Pour ce faire, la Fondation a créé une application mobile qui localise le DEA le plus proche de l’endroit où vous vous trouvez.

Je veux faire connaître cette application gratuite pour ceux qui en auraient besoin et inviter les propriétaires de DEA à les inscrire sur le registre de DEA-Québec. »

En vous inscrivant à la Grande Marche vous obtiendrez gratuitement un billet d’admission générale au Grand Prix pour le vendredi. https://www.eventbrite.ca/e/billets-la-grande-marche-au-profit-de-coeur-avc-the-grand-walk-in-support-of-heart-stroke-44258093148

Pour plus de détails sur la Fondation des maladies du cœur du Québec (Cœur + AVC) http://hsf.ca/research/fr/fondation-des-maladies-du-cœur-du-québec

Pour en savoir plus sur la Fondation Jacques-de Champlain (DEA-Québec) https://www.jacquesdechamplain.com/projet-dea/

Didier Schraenen mène la série F1600 Canada…

Didier Schraenen a connu tout un premier week-end de la série F1600 Canada présentée par Toyo Tires tenue au circuit du Mont Tremblant dans le cadre de la Classique du Printemps. C’est grâce à deux victoires et d’une troisième place qu’il prend la commande du championnat après une pole et trois départs en première ligne.

« Je n’ai jamais connu un tel début de saison de toute ma carrière et ce fut un succès d’équipe. Marc Montminy, ingénieur et coconcepteur de la CMV a apporté des améliorations à la suspension qui m’ont permis d’attaquer plus fort.

François Précourt, Renaud Sergerie et Marc ont entièrement refait la voiture cet hiver et leur travail a porté fruits. Jacques Cadorette de CMV a retapé le châssis alors qu’André Rémillard de MECAR a supervisé la révision du moteur. J’avais une excellente voiture!

Les courses ont été chaudement disputées, particulièrement la dernière où sept pilotes se battait férocement pour le podium. Je dirais même que nous avons été chanceux que ça ne se termine pas en catastrophe. Trois de large dans certains virages c’est assez risqué. Mais si vous voulez gagner c’est ce que vous devez faire! »

Didier Schraenen entreprenait, à 62 ans, sa 31ème saison en course automobile. « Je me bats contre des pilotes qui sont presque quatre fois plus jeune que moi. Ils ont cependant beaucoup d’expérience en karting et ç’est gratifiant pour un membre de la FADOQ d’être toujours dans le coup. Je me suis battu comme un fou, j’ai mené le peloton, j’ai fait des manœuvres agressives ; jeune fou, sort de ce corps! (sic!) me suis-je dis à un moment donné. »

Didier a devancé le pilote de Vancouver Kellen Ritter et le Québécois Dominic Legrand dans la première course. Dans la seconde il a terminé devant Guillaume Archambault dans l’autre CMV, suivi du pilote de Saskatoon, Matthew Taskinen. C’était la première fois de l’histoire de CMV Monoplaces que deux voitures du manufacturier québécois partaient et terminaient première et deuxième. Ritter l’a emporté devant Archambault et Schraenen dans la troisième épreuve.

Didier Schraenen sera la semaine prochaine au circuit Gilles-Villeneuve où il est monté 14 fois sur le podium. C’est dans le cadre du Grand Prix du Canada que se tiendra les quatrièmes et cinquièmes épreuves de son calendrier de 17 courses tenues sur six week-ends.